Parution de « Introduction à l’Alliance de Dieu »

Introduction à l’Alliance de Dieu

Introduction à l’Alliance de Dieu

23 €HT

Sans être un livre de théologie systématique – puisqu’il s’agit d’une série de prédications –, l’Alliance de Dieu aborde avec clarté et vigueur les principaux aspects de son sujet. L’auteur de cet ouvrage manifeste également un souci constant de compréhension historique des textes étudiés et d’application des vérités révélées aux réalités présentes. Le lecteur n’a donc jamais l’impression d’évoluer dans des sphères trop abstraites.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Parution de « Union à Jésus-Christ et Fausse Mystique » de Rose-Marie et Jean-Marc Berthoud

Nouvelle édition augmentée de « Mysticisme d’Hier et d’Aujourd’hui » paru précédemment aux éditions l’Age d’Homme.

Union à Jésus-Christ et Fausse Mystique

Union à Jésus-Christ et Fausse Mystique

25 €HT

Notre époque est marquée par ce qu’on est venu à appeler la « dérive émotionnelle », la primauté donnée au sentiment sur la raison, aux passions par rapport à l’intelligence. Notre civilisation a mis l’émotion à la première place. La conséquence directe en est l’impossibilité de toute véritable discussion. Car le débat civilisé réclame une certaine réserve, une suspension temporaire du jugement, afin de permettre aux parties de s’entendre. Notre temps, bien plutôt qu’être celui du « dialogue », de l’« ouverture », du « pluralisme », n’est en fait que celui du slogan, de l’esprit buté jusqu’à l’intolérance, de la pensée unique. La question peut être posée (et elle en vaut la peine) : « Comment en sommes-nous arrivés à une pareille impasse sociale et culturelle ? »

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Publication de « Pierre Viret Théologien » de Jean-Marc Berthoud (Messages – Association Pierre Viret)

PIerre Viret Théologien

PIerre Viret Théologien

21,70 €HT

Dans cet ouvrage, Jean-Marc Berthoud examine avec clarté et précision la vie et la théologie de Pierre Viret, géant oublié de la Réformation. Il explore à la fois les écrits de Viret et leurs implications théologiques et philosophiques, tout en fournissant des applications très pertinentes dans les débats éthiques de notre époque.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Dominique Troilo
Président de l’Association Pierre Viret

Le présent livre est un recueil de cinq interventions de Jean-Marc Berthoud, entre 1991 et 2018. La matière a été réorganisée pour en faire huit chapitres. Lesdites interventions ont été reprises dans le style correspondant et trois excursus y ont été joints. Le lecteur ne sera donc pas surpris de retrouver certains thèmes plusieurs fois, plus ou moins développés selon le contexte.
Les positions théologiques personnelles exposées par l’auteur lui appartiennent. Notre Association ne se pose pas en censeur, elle n’a d’autre but que de favoriser l’étude et la diffusion de la pensée de Pierre Viret.
Dans sa première communication (ci-après, chapitre 1), l’auteur commence par nous raconter Viret, puis il replace les choix du Réformateur dans leur contexte. On se met à comprendre de quelle manière le Politique a profité de la Réformation pour prendre le pouvoir à la fois sur le monde civil et sur le monde spirituel. Finalement, on a chassé un pape pour en installer un autre. On saisit mieux pourquoi Viret s’est très vite inquiété de redonner son rôle à l’Église dans le domaine de la discipline ecclésiastique.
C’est ici qu’il nous faut dévoiler une découverte qu’a faite notre ami Michael Bruening. Il existe un manuscrit latin de plus de 400 pages, sans titre, rédigé de la main de Théodore de Bèze. Il y fait l’apologie des pasteurs et professeurs de Lausanne suite à leur expulsion par les Bernois en 1559. Dans ce document, Bèze transcrit intégralement plusieurs lettres et sources de cette période. Une partie de ce matériel est bien connu et a été publié en son temps par Herminjard et les Calvini Opera, et plus récemment par Michael Bruening lui-même. Mais une grande partie n’a jamais été publiée. Cette collection, à elle seule, éclaire bien des points de cette controverse qui a duré une vingtaine d’années.
Le plus intéressant pour nous ici et que dans le Volume 64 des Archives Tronchin, aux ff. 142v-185r se trouve un court traité sur la discipline ecclé¬siastique écrit par Viret en mars 1558, qui a longtemps été considéré comme perdu : P. Vireti Libellus de disciplina Bernensi Senatui exhibitus. On notera encore deux lettres de Viret dans ces mêmes archives, Volume 7, ff. 93v-100r, adressées au Conseil de Berne, les 6 et 27 novembre 1558.
Ces documents éclairent d’un jour nouveau le rôle que Viret a joué dans les positions fermes adoptées par les pasteurs et professeurs lausannois.
Dès mes premières lectures dans les premiers écrits de Viret, j’ai été frappé par la maturité de sa pensée théologique. Et je me suis souvent posé cette question iconoclaste : Et si Calvin s’était inspiré de Viret ? Plus j’avançais dans mon étude, plus cette certitude s’est installée.
Dans sa deuxième communication (ci-après, chapitres 2-4), J.-M. Berthoud, en se penchant sur le thème de la connaissance de Dieu, montre bien l’originalité en bien des points de Viret par rapport à son ami Calvin. Mais Rebekah Sheats, en lectrice attentive des deux Réformateurs, a effectivement trouvé chez Calvin des développements initiés par Viret. Voici ce qu’elle nous en dit dans une lettre que vous trouverez en note plus loin :
Fait intéressant, en examinant les sermons de Calvin, j’ai été amusée de voir qu’il semble qu’il a employé le texte de Viret comme base pour ses sermons sur le Décalogue dans le Deutéronome. Les similitudes entre ses sermons et les commentaires de Viret sont assez frappantes, suivant fréquemment idée pour idée (et presque mot pour mot occasionnellement). Comme vous le savez, Calvin a prêché sur le Deutéronome l’année suivant la publication originale du commentaire de Viret.
Comme l’exprimait en son temps A.-L. Hofer, nous sommes en présence de la triade l’élite. Farel, Viret et Calvin sont redevables les uns des autres. Mais l’expression théologique plus moderne de Calvin, nous a laissé penser qu’on lui devait tout.
Dans sa troisième communication (ci-après, chapitre 5), l’auteur nous propose un exercice intéressant : Lire la lecture que fait un professeur réformé américain, Douglas F. Kelly, de la lecture que Viret fait de l’image de Dieu en l’homme.
Ces trois hommes ont une lecture que l’on qualifie parfois, de manière condescendante, de fondamentaliste. Ce croisement met en lumière l’évolution de la pensée depuis les combats de Viret contre ceux qu’il qualifiait d’athéistes et le mouvement de sécularisation qui s’est poursuivi jusqu’à notre époque, et le fossé qui s’est creusé entre science et foi.
Depuis longtemps, J.-M. Berthoud s’intéresse aux questions touchant à la Loi divine et au droit. Il a écrit plusieurs fois à ce sujet par le passé. Pour sa quatrième communication (ci-après, chapitres 6 à 8), Viret lui donne l’occasion de revisiter ses thèses et de confirmer ses positions. Le lecteur peu familier de ces thématiques se perdra peut-être dans les développements, mais cette étude démontre combien le Réformateur maîtrisait les concepts les plus complexes. L’auteur met bien en lumière l’approche radicalement différente du législateur moderne d’avec celle de Viret et de la tradition chrétienne qu’il représente.
Dans sa dernière contribution (ci-après, chapitre 9), nous sommes ame¬nés à comparer les commentaires que font plus particulièrement Calvin, Bullinger et Viret sur un passage du Deutéronome touchant à la falsification des poids et des mesures.
Au travers de ces différentes contributions, J.-M. Berthoud nous fait découvrir un Viret très au fait des questions juridiques et agile dans son application des principes bibliques aux situations concrètes de son temps. C’est une invitation à faire de même à notre époque, pour confronter notre société dans son choix d’avoir fait d’elle-même son propre référentiel.


Table des Matières

   D.-A. Troilo : Préface

   Chapitre I Pierre Viret et le refus de l’Église de plier devant la puissance de l’État

                     Théodore de Bèze : Pierre Viret

   Chapitre II Ce que Pierre Viret (1511-1571) a enseigné sur la connaissance de Dieu

                      Introduction

                      Comment connaître Dieu ?

   Chapitre III Contraste entre la théologie de Viret et celle de Calvin : l’intelligence du
monde créé et de l’histoire

   Chapitre IV Comment apprécier la théologie de Viret ? Jean Calvin à la lumière de
Pierre Viret

                       Conclusion

   Annexe : Pierre Viret 1511-1571. Héraut d’une science réaliste : physique et
biologique, théologique et morale : celle d’un univers créé et ordonné par Dieu

   Chapitre V L’homme, image de Dieu chez le Réformateur Pierre Viret. La lecture de
Douglas F. Kelly

                      En guise de Préambule, Lettre de remerciements adressée à Henry de
Lesquen, Directeur de Radio Courtoisie

                      Avant-Propos

                      Introduction

  1. Deux visions du cosmos
  2. La pensée des Réformateurs se rapportant à l’image de Dieu
  3. L’image de Dieu chez Pierre Viret

                      Conclusion

   Annexe : L’enjeu véritable du débat entre Science et Foi

   Chapitre VI Pierre Viret et la Loi de la Nature

                       Envoi

                       Introduction

   Chapitre VII Sur la diversité nécessaire des lois entre nations et de l’abus moderne du
Droit de Nature

   Chapitre VIII Un ordre naturel privé de sens appelle au retour à l’ordre de nature
selon la création divine Mot de la fin

   Chapitre IX Viret et l’application de la Loi de Dieu à la société

                       Agrippa d’Aubigné : Le bon Roi, image de Dieu

   Annexe : Le système moderne de vol à grande échelle pratiqué par les Banques
centrales

   Bibliographie

  1. L’époque de Pierre Viret
  2. Pierre Viret, ses œuvres

     III. Pierre Viret, sa vie et son œuvre

     Index biblique

     Index nominatif

Nouveautés de l’automne : Apocalypse Volume II (Jean-Marc Berthoud) et Une théologie biblique et systématique de l’alliance (Paul Wells)

L’Apocalypse de Jésus-Christ Volume II : L’ouverture du ciel, les sceaux et les trompettes

L’Apocalypse de Jésus-Christ Volume II : L’ouverture du ciel, les sceaux et les trompettes

43,90 €

Le premier volume de ce Commentaire sur l’Apocalypse a permis d’établir les bases d’une saine compréhension de cette révélation majestueuse de la royauté de Jésus-Christ et du règne qu’il exerce sur son Église et sur le monde. Il y a été question de la gloire du Christ et du combat spirituel pour une fidélité véritable des sept Églises à leur Seigneur. Elles représentent les Églises de tous les siècles. Avec le deuxième, nous entrons dans le vif du combat victorieux du Christ et de son Église contre toutes les forces d’un monde hostile à Dieu et à son peuple.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
La grâce (étonnante) de Dieu. Volume 1

La grâce (étonnante) de Dieu. Volume 1

35 €
Auteur:
Genre: Théologie
Mot clé: Contemporain

Ce livre ouvre une fenêtre sur le vaste panorama de la foi chrétienne. La révélation biblique, lue dans le contexte des tourments de notre siècle, permet de découvrir le Dieu infini et éternel qui intervient en personne dans un monde qui lui appartient.

Plus d'info →

 

Nouveautés de juillet : Jean de la Placette sur l’orgueil, Pierre Viret

  • Parution dans la collection « Pierre Thierry Benoit » de l’ouvrage de Jean de la Placette (1639-1718) : Traité de l’orgueil.
Traité de l’orgueil

Traité de l’orgueil

19 €HT

Extrait de l’Avant-Propos : L’orgueil est un si grand défaut, et un défaut si commun, et si difficile à éviter, que je ne sais s’il y a personne qui ne puisse profiter de ce que les plus petits esprits peuvent avoir pensé là-dessus. Il n’a pas tenu à mes désirs que je ne fisse connaître non seulement sa nature, et ses principales propriétés, mais encore tous les artifices dont l’amour-propre se sert pour nous l’inspirer.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
  • Édition en italien du livre de Jean-Marc Berthoud sur Pierre Viret : Pierre Viret. Un gigante dimenticato della Riforma.

Parution de « La Révolution et les révolutions »

La Révolution et les révolutions

La Révolution et les révolutions

24,14 €HT

Ce volume intitulé – La Révolution et les révolutions – traite du cœur même de notre modernité : le déplacement de l’autorité de Dieu vers l’homme. Il est devenu urgent de bien comprendre ce phénomène omniprésent afin de lui résister sur tous les plans, intellectuels comme pratiques.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Parution de « Ézéchiel Sentinelle de Dieu »

Sous-titré « Prophète du Jugement de Dieu sur Israël et sur Jérusalem. » Prédications sur Ézéchiel 1 à 24.

Ézéchiel Sentinelle de Dieu

Ézéchiel Sentinelle de Dieu

38,90 €HT

Prophète du Jugement de Dieu sur Israël et sur Jérusalem. Prédications sur Ézéchiel 1 à 24.

 

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

 

Préface de Pietro Bolognesi

L’invitation à écrire une préface peut être narcissiquement flatteuse. Il est pourtant évident, dès le début, que je n’ai pas l’autorité pour recom¬mander la lecture de ce livre. L’auteur n’a sûrement pas besoin d’une telle recommandation de ma part. Il est suffisamment connu pour se passer de ma contribution. Il me semble cependant souhaitable de suggérer quelques raisons pour s’approcher de ce texte que j’ai trouvé, à bien des égards, remarquable. Je me permets donc de formuler quelques suggestions.
Il y a à peu près quinze ans, j’ai eu le privilège d’écouter la prédication de Jean-Marc Berthoud sur le chapitre trois du livre d’Ézéchiel et je fus frappé par l’extraordinaire actualité du message, même si l’on se trouvait dans un autre pays : l’Italie. « Le prophète comme sentinelle de Dieu » prêché dans l’Église Évangélique de Padoue (12.09.2004) fut un grand défi. Malgré la différence des temps et celle du style, ce message semblait calqué sur l’actualité. Il était très facile d’y voir l’aujourd’hui du peuple de Dieu et du monde. Difficile de ne pas être sollicité par une telle prédication. Le sentiment qui s’imposa fut celui de l’étonnement. Avec ses aspérités et ses soulagements, avec sa rudesse et ses réconforts, le texte d’Ézéchiel semblait s’imposer par sa modernité. C’était objectif. Son message n’avait pas du tout vieilli. Il était possible de le reprendre et d’en écouter ses exhortations.
Cette actualité peut être la première raison pour s’approcher de ce texte. Mais l’actualité signifie penser un monde sans Dieu. Il est salutaire de considérer les idoles d’un monde post religieux comme l’est aujourd’hui l’Occident. Avec ses horreurs, ses prétendues autonomies, ses fausses religions. Et à côté de ces manifestations si troublantes, reconnaître aussi les dangers que représentent des Églises non doctrinales bien qu’elles se proclament protestantes ou évangéliques ; les menaces du libéralisme dans ses différentes versions ; du catholicisme romain irréformable en dépit des apparences. On comprend alors que de telles prédications ne se plongent pas dans un passé dépassé, mais sollicitent l’attention au présent de l’Église et du monde. L’auteur ne ménage pas ses propres observations sur tous ces mondes. Il ne s’agit pas d’incursions alléguées comme prétextes, mais bien d’applications tout à fait légitimes. On comprend ainsi l’actualité.
Une deuxième raison me semble être la capacité de Jean-Marc Berthoud d’enlacer le lecteur par la force du texte lui-même. Ce qu’on va lire n’est pas du tout un commentaire technique. Il est vrai qu’ici et là on peut trouver des technicismes. Il s’agit alors d’expliquer le texte. Mais les observations techniques n’ont jamais une tournure aride. Ils sont bien au service du message et comme tels n’en accablent pas du tout la lecture. Ils aident par contre à mieux saisir la solidité du message qu’on va lire. On comprend ainsi la volonté de l’auteur de serrer de près le texte avec une écoute constante de ce qu’il veut nous dire. Le respect pour le texte n’est pas accompagné d’une quelconque obsession par rapport aux détails. S’ils ne mènent nulle part, il ne faut pas s’y attarder. La question est celle d’obéir à la Parole de Dieu. Et alors, quelques fois, on peut survoler ces détails. Quelques fois aussi on a l’impression d’entendre les mots d’Ézéchiel lui-même tant ils sont graves. On comprend que l’auteur en est comme imprégné.
Il me semble qu’en cet effort d’embrasser le texte, il y a comme la passion pour une foi réellement capable d’adhérer au message d’Ézéchiel. Il semble qu’il veut dessiner devant nous une typologie particulière du chrétien et évidemment de l’Église. Il s’agit d’un chrétien soucieux de connaître Dieu et de Lui plaire. Les dérives de l’incrédulité et de la rébellion contre la bonté de Dieu qui appelle à la repentance sont souvent horribles. On pourrait se sentir frappé et privé de toute issue, mais la perspective christologique n’est jamais absente et laisse de l’espoir. À l’arrière-plan se trouve un chrétien qui a saisi le sens de l’histoire de la rédemption et qui sait se situer par rapport à elle. C’est surtout un chrétien qui a le souci de la gloire de Dieu.
Une troisième raison est le profil prophétique de ces prédications. Comme on l’a compris, le texte constitue une série de prédications délivrées par l’auteur à différentes occasions. Le livre d’Ézéchiel, « tout à la fois magnifique et terrible », déploie son énorme puissance. Berthoud fait un effort prophétique tel qu’Ézéchiel l’autorise. Comment ce texte nous interpelle-t-il ? Quel est son message pour nous qui vivons dans la suite du deuxième millénaire après Jésus-Christ ? Ce texte farci de visions, d’actions symboliques, de prophéties… si loin de notre sensibilité, comment pouvons-nous le comprendre ? Et si nous arrivons à en saisir le sens, comment l’appliquer ? L’Église n’a en général pas l’habitude d’entendre une prédication prophétique qui l’exhorte à retrouver son chemin vers Dieu et avec Lui. Elle aime plutôt à être encouragée, même si elle passe par la défaillance et l’apostasie. On n’aime pas toujours à être rappelé à sa propre vocation. Il ne s’agit aucunement de ces prédications qui ne font mal à personne. On y respire une passion pour un caractère chrétien sans fissure. Comme dans la plus solide tradition de la prédication prophétique, on est constamment remis en question. On est ainsi sollicité à se retrouver soi-même dans ces exhortations. Il est fréquent de lire « il nous faut nous tourner vers notre pays, car notre pays, la Suisse […] ». D’un coup on comprend que le message ne concerne pas seulement un peuple qui vivait dans un passé désormais dépassé. C’est quelque chose d’absolument actuel. Il s’agit de la vie d’aujourd’hui. « Il y a des mots qui font vivre », disait Paul Éluard. Ainsi nous voilà comme si on entendait prêcher l’auteur. Avec son style solennel et toute la vigueur qui vient d’une pleine confiance en la Parole de Dieu, le prédicateur ne fait aucune concession aux modes qui passent.
Une quatrième raison est le caractère doxologique du livre lui-même. Il est absolument vrai que le prophète semble profondément touché par la passion et par la souffrance dans lesquelles il se trouve parmi les exilés. Il en partage les malheurs et les soucis. Et cependant il y a quelque chose d’extraordinaire. Le scénario dans lequel baigne tout le livre est celui de la gloire de Dieu. C’est ce scénario qui trace les coordonnées de fond. Ézéchiel vit pleinement dans l’histoire. Le prophète est projeté vers quelque chose de grand. Vu qu’il se trouve en exil, il pourrait s’adapter à ses circonstances et s’exercer à une foi modeste. Les raisons pour alimenter l’espérance sont en effet fort peu nombreuses, mais cet homme a reçu une vision de la gloire de Dieu et cela lui permet d’aller au-delà du quotidien. Il voit la renaissance du nouvel Israël.
C’est ainsi que ce livre ne s’ouvre pas seulement aux émotions et aux souffrances, mais aussi à la gloire de Dieu, cette force démesurée de sa puissance. D’un coup cela donne aussi une vision pleine d’espérance. Ce qui compte et qui donne un sens c’est la révélation de la gloire de Dieu, une révélation dont nous avons un si grand besoin. Dieu n’a pas abandonné ni Jérusalem ni son monde. S’il est possible d’endurer et de supporter certains fardeaux, on le doit à un Dieu qui s’est révélé. Autre que la sainteté de Dieu et sa juste colère, il y a sa gloire et son amour sans mesure. Si « notre civilisation […] a enlevé au Dieu vivant et vrai, tout poids, toute réalité, tout son pesant éternel de gloire » il est nécessaire de retrouver le poids de la sainteté du nom glorieux de notre Dieu.
D’un coup, on comprend que l’intérêt qu’on respire pour l’actualité, la passion pour le texte, le grand amour pour l’Église de Jésus-Christ et le souci pour la gloire de Dieu engagent une réflexion.

Pietro Bolognesi,
I.F.E.D., Instituto de formazione evangelica e documentazione,
Via Pietro Martire Vermigli, 13, 35132 Padova PD, Italie
https ://ifeditalia.org/

Table des Matières

Prédications sur Ézéchiel 1 à 24

Avant-Propos de Jean-Marc Berthoud
Préface de Pietro Bolognesi
Introduction de Jérémie Cavin

Chapitre I Connaître Dieu. La nécessité d’une relation personnelle avec Dieu

Préambule
Introduction
L’entrée en matière
1. Les quatre êtres vivants (versets 5 à 14)
2. Les quatre roues prodigieuses (versets 15 à 21)
3. La vision du ciel, du domaine spirituel céleste (versets 22 à 25)
4. La vision de Dieu le Fils sur son trône
Conclusion

Chapitre II La vocation d’Ézéchiel

Préambule
Introduction
1. Le premier discours que Dieu adresse à Ézéchiel
2. La vision du rouleau qu’Ézéchiel doit manger
3. Le deuxième discours que Dieu adresse à Ézéchiel
Conclusion

Chapitre III Le prophète comme sentinelle de Dieu

Introduction
1. La vision renouvelée de Dieu, Dieu fortifie son prophète en se
révélant à nouveau à lui
2. L’appel d’Ézéchiel à la vocation de sentinelle de Dieu
3. L’entrée d’Ézéchiel dans sa vocation
Conclusion

Chapitre IV Le prophète en acte. Les actions dramatiques d’Ézéchiel et leur interprétation

Préambule
Introduction
1. Les actions dramatiques d’Ézéchiel
2. L’interprétation de ces actions dramatiques
Conclusion

Chapitre V La destruction du pays des délices de Dieu

Introduction
1. Le jugement de Dieu sur le pays
(a) Dieu juge le pays et ses idoles abominables
(b) Dieu au sein de ses jugements les plus terribles, maintient un reste fidèle à Israël
(c) Le châtiment d’Israël
Conclusion

Chapitre VI C’est la fin !

Introduction
1. La première trompette : Tes horreurs demeurent au milieu de toi
2. La deuxième trompette. La fin arrive, elle arrive la fin
3. La troisième trompette. La troisième partie. Le jour du jugement vient
4. La quatrième trompette. La quatrième partie : Le règne de l’épée et de la famine
5. La cinquième trompette la cinquième partie. Je mettrai fin à l’orgueil des puissants
Conclusion : Pourquoi, Dieu ! Rejettes-tu sans cesse ?

Chapitre VII La face cachée de l’histoire I

Première partie

L’apostasie totale du peuple de Dieu
Préambule
Introduction
Dieu transporte Ézéchiel dans le temple à Jérusalem
1. L’idole de la jalousie
2. Les idoles gravées sur les murs du parvis du temple
3. Des femmes pleurent la mort de la divinité Tammouz
4. Les vingt-cinq prêtres de l’Éternel adorent le soleil
Conclusion

Chapitre VIII La face cachée de l’histoire II

Deuxième partie

L’apostasie totale du peuple de Dieu
Introduction
Préambule
1. L’annonce du châtiment
2. L’apparition de sept personnages
3. La marque protectrice placée sur les fidèles
4. La destruction des habitants de Jérusalem
5. Le désespoir du prophète
6. La réponse divine à ses plaintes
7. La tâche est accomplie

Chapitre IX La gloire de Dieu abandonne Jérusalem

Dieu console les exilés de Babylone
Préambule
Introduction
1. Les chérubins et les chars galgal-tourbillon
2. Le feu au cœur du galgal, du char-tourbillon
3. Les roues et les chérubins. Le tourbillon (galgal) comment Dieu gouverne l’univers
4. La gloire de Dieu abandonne le temple de Jérusalem
Conclusion

Chapitre X Le jugement irrémédiable de Jérusalem et le reste préservé

Le chapitre onze
« Le jugement irrémédiable de Jérusalem et le reste préservé »
1. L’iniquité de Jérusalem, malgré son sentiment de sécurité
(a) L’iniquité des chefs d’Israël et leur fausse sécurité
2. La présence de Dieu auprès du reste en exil
a) Comment comprendre que la gloire de Dieu se manifeste sur une terre impure ?
b) La présence de Dieu auprès du reste fidèle des exilés à Babylone
3. La gloire de Dieu quitte Jérusalem
4. La fin de la vision, le retour d’Ézéchiel à Babylone parmi les exilés
Conclusion

Chapitre XI Lorsque la gloire divine abandonne le peuple de Dieu

Introduction
1. Le départ des Juifs en déportation, mimé par Ézéchiel
2. La fin du roi Sédécias. L’explication de la mime
3. Ézéchiel doit mimer l’état de privation des assiégés et des déportés
4. La fausse et la vraie prophétie
Conclusion

Chapitre XII Contre les faux prophètes, hommes et femmes

Préambule
Introduction
1. Contre les faux prophètes
2. Les fausses prophétesses
Conclusion

Chapitre XIII Le jugement inexorable de Dieu sur son peuple apostat, sur les réprouvés

Introduction
1. L’abomination de prétendre vouloir consulter Dieu, tout en lui tournant le dos
2. Même la présence du Juste au sein d’un peuple voué à la condamnation divine ne sauvera pas la ville sainte
3. Jérusalem, la vigne de Dieu n’est qu’un bois mort, inutilisable et voué au feu
Conclusion

Chapitre XIV Ézéchiel et la vision allégorique de l’histoire d’Israël

Prélude
Introduction
Un prologue : la mise en accusation de Jérusalem
1. Accusation détaillée de Jérusalem et du peuple de Juda
2. L’orgueil, la chute et l’apostasie de l’épouse de Dieu, Israël
a) La prostitution charnelle et spirituelle d’Israël
b) La prostitution politique
3. La condamnation de Jérusalem
4. Telle mère, telle fille : Jérusalem pire que les nations les plus vicieuses
Conclusion

Chapitre XV Les aigles – la puissance de destruction – et le Royaume de Dieu

Introduction
Le contexte de la prophétie d’Ézéchiel sur les cèdres et les aigles
1. La parabole. Les cèdres et les aigles
2. L’explication de la parabole
3. Une parole d’espérance
Conclusion : Le Magnificat !

Chapitre XVI Responsabilité personnelle pour le péché, ou responsabilité collective ?

Introduction
Première Partie. Liberté morale ou déterminisme passif ?
Considérations préliminaires
Deuxième Partie. Analyse de ces questions directement par le texte
1. Première section. Trois cas
2. Deuxième section. La question des auditeurs d’Ézéchiel
3. Troisième section. Dans la vie on peut changer de direction.  Deux cas
4. Quatrième section. La voie du Seigneur ne serait-elle pas normale ?
Conclusion

Chapitre XVII Deux chants funèbres : sur Juda et sa Royauté

Deux chants funèbres : sur Juda et sa Royauté
1. La destruction des lions rugissants
2. La vigne de Dieu arrachée
Conclusion

Chapitre XVIII L’Histoire de l’infidélité récurrente d’Israël : une histoire revue et corrigée

L’exil d’Israël et de Juda, chassés de leur patrie
Introduction
L’Entrée en matière
1. Israël en l’Égypte
2. Israël au désert
3. Les enfants d’Israël refusent d’obéir aux bonnes ordonnances de l’Alliance de Dieu
4. Dieu appelle les enfants d’Israël à la repentance
5. La révolte des enfants d’Israël dans la terre promise
6. Le cœur du procès du Dieu d’Israël avec son peuple Rebelle
Conclusion : Après un temps de jugement, Dieu maintiendra sa bienveillance envers son peuple : l’alliance promise du salut des nations doit s’accomplir !

Chapitre XIX L’épée de Neboukadnetsar ravage le pays de Dieu

Introduction
1. Une image, une parabole, une énigme
2. L’énigme étrange expliquée
3. L’épée des Chaldéens en action
4. Ézéchiel appelé à prophétiser contre Ammon et Babylone
Conclusion

Chapitre XX Crimes et jugement de Jérusalem

Premier discours de Dieu. Description générale des péchés de la nation
Deuxième discours de Dieu : le jugement sur l’endurcissement de Jérusalem
Troisième discours de Dieu : toutes les classes de la société sont coupables, pas seulement une seule
Conclusion : Dieu cherche en vain un juste, le grain resté dans la grappe
Introduction
Les crimes et le jugement de Jérusalem
1. La mise en accusation de Jérusalem
2. Ézéchiel annonce le jugement de Dieu sur Jérusalem
3. Toutes les classes de la société également sont coupables
Conclusion : Dieu cherche un homme qui protège son peuple par une clôture

Chapitre XXI Le dégoût de Dieu pour les prostitutions d’Israël et de Juda

Introduction
1. Deux sœurs prostituées en Égypte, Ohola, Samarie et Oholiba, Jérusalem
2. Prostitution de Ohola, Samarie aux Assyriens
3. Prostitution de Oholiba, Jérusalem aux Assyriens et aux Babyloniens
4. Jugement de toutes les prostitutions d’Oholiba, Jérusalem par tous ses amants
5. Dieu livre Oholiba, Jérusalem entre les mains de tous ses anciens amants
6. Dieu parle à Ézéchiel : Juge la prostitution–l’idolâtrie–impiété d’Ohola etd’Oholiba,de Samarie et de Jérusalem
7. Conclusion : Le jugement juste et sans merci d’Ohola, Samarie et d’Oholiba, Jérusalem s’accomplira sans faute

Chapitre XXII La marmite et la mort, ou : le jugement et la croix

Préambule
Introduction
1. L’oracle de la marmite et son explication
2. L’allégorie de la mort soudaine de l’épouse d’Ézéchiel ;
l’interdiction que Dieu lui fait d’en porter le deuil et son explication
Conclusion : Le jugement s’accomplit.
Dieu rend la parole à Ézéchiel qui prononce des paroles d’espérance

Bibliographie sur Ézéchiel
Index Biblique
Index Nominatif

Réédition de « Apologie pour la Loi de Dieu : Introduction à l’étude des Dix Commandements »

Apologie pour la Loi de Dieu

Apologie pour la Loi de Dieu

31,90 €HT

De quoi s’agit-il dans ce livre ? Ce livre, Apologie pour la Loi de Dieu, a comme sous-titre : Introduction aux Dix Commandements, c’est-à-dire aux volumes que nous consacrons à l’étude détaillée des dix paroles du Décalogue. Il fut pourtant rédigé au cours des années 1980 et 1990 et publié en février 1996 aux Éditions L’Âge d’Homme à Lausanne. Il s’agit d’une série d’ouvrages en voie de publication dont celui consacré au huitième commandement est disponible.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
Préface

Une mortelle hérésie, qui a couru tout au long de l’histoire de l’Église et qui la ruine particulièrement aujourd’hui, est l’antinomisme (du grec anti = contre, nomos = loi) ; le mépris de la Loi de Dieu ; le rejet de la Loi de Dieu.

La Parole de Dieu, du début de la Genèse à la fin de l’Apocalypse, est inséparablement Parole-Loi et Parole-Évangile. La Loi comme l’Évangile nous révèlent ensemble la sainteté de Dieu et Sa miséricorde, la grâce de Dieu et Sa justice.

Comme les Pharisiens aiment à se prévaloir de la Loi (qu’ils déforment et à laquelle ils ajoutent ou substituent leurs traditions humaines) au détriment de l’Évangile qu’ils anéantissent, les Antinomistes, eux, mettent en avant l’Évangile (qu’ils amenuisent et « superficialisent » sous prétexte de l’exalter) au détriment de la Loi qu’ils effacent.

Les Apôtres déjà, comme ensuite les Pères et les Réformateurs, tous ont dû démasquer et combattre l’antinomisme qui n’a cessé d’infester l’Église.

Aujourd’hui, plus que jamais, trop de pasteurs et de théologiens de toutes « confessions » – loups cherchant à dévorer les fidèles – sont des antinomistes conformes aux airs du temps. Contre ces mauvais pasteurs et théologiens auxquels ont été confiés des chaires, au nom de l’Église, hélas ! se dresse vaillamment Jean-Marc Berthoud, théologien franc-tireur comme le Seigneur en appelle quand Il juge qu’il le faut.

Alors que la Loi de Dieu, révélée tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament, et concernant la vie personnelle, conjugale, familiale, économique, sociale, scientifique, politique, etc. des hommes, est bafouée, ridiculisée, mise au rebut, même par ceux que Dieu appelle cependant à être « sel de la terre », « lumière du monde », « colonne et soutien de la Vérité », Jean-Marc Berthoud nous apporte, dans les pages qui suivent, les raisons chrétiennes, bibliques, de reprendre, d’enseigner pour la mettre en pratique, cette Loi que Dieu a donné pour que les hommes y marchent.

Certes nous ne sommes pas sauvés par la Loi, mais nous ne sommes pas non plus sauvés sans la Loi, hors la Loi. C’est la grâce souveraine de Dieu qui, seule, a le pouvoir de sauver, par le moyen de la foi. Mais la vraie foi, qui unit à Jésus-Christ Sauveur, n’existe qu’accompagnée par l’obéissance – par un vrai commencement d’obéissance – à la Loi de Dieu, cette Loi « sainte, juste et bonne » qui nous donne les directions et les directives pour tous les aspects de notre existence, cette Loi qui, avec son inséparable compagnon : l’Évangile, est aussi et toujours grâce.

Merci à Jean-Marc Berthoud de si bien nous le rappeler, avec vigueur et netteté.

Pierre Courthial

Doyen honoraire, de la Faculté libre de
Théologie réformée d’Aix-en-Provence

Table des Matières

      Avant-Propos  Jean-Marc Berthoud

      Préface  Pierre Courthial

   Première partie. Fondements

  1. Amour et obéissance à la Loi de Dieu sont-ils dissociables ?
  2. La Loi de Dieu est-elle contraire à notre liberté ?

III.  Mais qu’est-ce donc que la Loi de Dieu ?

  1. Le Psaume 119 : Hymne à la Loi de Dieu
  2. Les Dix Commandements peuvent-ils être séparés de l’œuvre de Salut,
    de la Grâce ?
  3. La Loi de Dieu est une figure de Jésus-Christ

VII. Y a-t-il une limite dans le temps et dans l’espace à l’application de
la Loi Dieu ?

VIII. La Loi de Dieu, Révélation de la Loi naturelle, Loi de la création

  1. La Loi de Dieu, fondement de l’Ordre Législatif
  2. Quelques applications pratiques actuelles de la Loi de Dieu
  3. La Loi de Dieu et la conscience de l’homme

XII. Les Dix Commandements sont l’expression de l’Alliance de Dieu

XIII. Les Dix Commandements sont-ils l’expression de l’Alliance de Grâce ou
de l’Alliance des Œuvres ?

XIV. Les Dix Commandements sont-ils confirmés ou abrogés par la
Nouvelle Alliance ?

  1. Légalisme et Spiritualisme : abus et oubli de la Loi de Dieu

XVI. La place des Œuvres dans la vie chrétienne pour une foi vivante et efficace

XVII. Du bon usage de la Loi de Dieu

XVIII. Aphorismes chrétiens sur la Loi, les Mœurs, la Morale et le Droit

Déclaration de l’Association vaudoise de Parents chrétiens, 1985 :

XIX. Questions pratiques se rapportant à l’éthique chrétienne adressées à
un groupe de pasteurs

   Deuxième partie. Combats

  1. L’opposition ancienne et moderne à la Loi de Dieu

A/ Il ne faut pas opposer la grâce de Dieu à sa Loi

B/ La Loi, ombre des choses à venir

C/ La liberté de l’Esprit ne doit pas être opposée à la Loi de Dieu

D/ L’Ancienne Alliance ne doit pas être opposée à la Nouvelle

E/ Le dualisme antinomien de Marcion

F/ Unité de la révélation de Dieu

G/ Agricola : faux apôtre de la Grâce sans la Loi

H/ L’antinomisme freudien et marxiste destructeur du psychisme et de
la vie sociale

I/ L’antinomisme moderne à caractère prétendument chrétien

J/ Saines réactions théologiques

XXI. Les fondements bibliques de la Morale et du Droit ébranlés

  1. Faiblesse de l’Église de Dieu

Préambule historique

  1. Comment en est-on arrivé là ?
  2. Erreurs philosophiques
  3. Erreurs morales

Conclusion

XXII. Jacques Ellul et l’impossible dialectique entre Marx et Calvin

  1. Initiation marxiste
  2. Marx et Calvin

III. Marx, Calvin… et Barth !

  1. Le défaut métaphysique dans l’armure d’Ellul

Conclusion

Annexes

                 (a) Le réalisme de Jacques Ellul

                 (b) La prétendue excellence de la pensée économique de Karl Marx

XXIII. Une imposture théologique : La morale selon Calvin d’Éric Fuchs

XXIV. Quelques remarques sur la bioéthique protestante émanant des
Églises officielles : Olivier Abel et Jean-Marie Thévoz

  1. Olivier Abel : Biologie et éthique
  2. Conséquences pratiques du pluralisme agnostique d’Olivier Abel

III. La position de Jean-Marie Thévoz : Un statut moral pour
l’embryon. Recherche protestante

XXV. Création, Biologie et Loi divine : Thèses sur les fondements du
bien biologique et politique

   Annexes

  1. J. Gresham Machen : la Majesté de la Loi de Dieu
  2. Philip Mauro : la Loi et l’Évangile

1) La Loi, une incomparable bénédiction pour Israël

2) Ce que dit le Nouveau Testament par rapport à la Loi de Dieu

  1. Robert L. Dabney : la Loi
  2. Bibliographie sur la Loi de Dieu

Ouvrages en français

Ouvrages en anglais

Ouvrages en d’autres langues

  1. Bibliographie

Ouvrages cités dans ce livre

   Index biblique

   Index nominatif

Parution de la version révisée de La Théologie Chrétienne et de la Morale Chrétienne de Bénédict Pictet

Théologie Chrétienne – Tome I

Théologie Chrétienne – Tome I

44,68 € (HT)

Bénédict Pictet (1655-1724), Pasteur et Professeur en Théologie dan l'Église et Recteur dans l'Académie de Genève, est surtout célèbre par deux ouvrages systématiques, La Théologie chrétienne et La Morale chrétienne. Voici le Tome 1 de la Théologie Chrétienne.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
Théologie Chrétienne – Tome II

Théologie Chrétienne – Tome II

41,32 € (HT)

Bénédict Pictet (1655-1724), Pasteur et Professeur en Théologie dan l'Église et Recteur dans l'Académie de Genève, est surtout célèbre par deux ouvrages systématiques, La Théologie chrétienne et La Morale chrétienne. Voici le Tome 2 de la Théologie Chrétienne.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
La Morale Chrétienne – Tome 1 (relié)

La Morale Chrétienne – Tome 1 (relié)

62,92 € (HT)

La Morale Chrétienne: ou l'Art de bien vivre.

Réimpression Édition 1710.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
La Morale Chrétienne – Tome 2 (relié)

La Morale Chrétienne – Tome 2 (relié)

61,80 € (HT)

La Morale Chrétienne: ou l'Art de bien vivre.

Réimpression Édition 1710.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
La Morale Chrétienne – Tome 1 (broché)

La Morale Chrétienne – Tome 1 (broché)

27,46 €HT

La Morale Chrétienne: ou l'Art de bien vivre.

Réimpression Édition 1710.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
La Morale Chrétienne – Tome 2 (broché)

La Morale Chrétienne – Tome 2 (broché)

26,90 €HT

La Morale Chrétienne: ou l'Art de bien vivre.

Réimpression Édition 1710.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Parution du dernier tome de L’Histoire Alliancielle de l’Eglise dans le Monde

Le tome 5 de L’Histoire Alliancielle de l’Eglise dans le Monde vient de paraître et peut être commandé chez Lulu.com. C’est le dernier de cinq volumes d’une Histoire de l’Église vue à travers les dures crises qu’elle dut subir au cours des âges. La croissance victorieuse de l’Église de Dieu est décrite à travers ces luttes. Il est écrit dans une langue simple et claire, a un caractère rigoureusement historique, mais aussi théologique et philosophique. Il s’agit d’un seul combat, toujours actuel : la défense du christianisme contre ses adversaires. Chaque chapitre traite d’un moment particulier de cette immense bataille et peut donc être lu comme un récit indépendant qui s’insère cependant harmonieusement dans la trame d’une unique histoire.

L’Histoire Alliancielle de l’Église dans le Monde – Tome 5

L’Histoire Alliancielle de l’Église dans le Monde – Tome 5

42,69 €HT

Avec ce cinquième tome – « Le combat présent : l’Église et le monde dans un univers devenu non doctrinal » s’achève le projet de L’Histoire alliancielle de l’Église dans le Monde. En effet, les luttes dont cet ouvrage fait la chronique, s’articulent autour d’un constat : Une civilisation et une Église qui ont tourné le dos à Dieu et aux universaux établis par Lui, c’est-à-dire qui rejettent la capacité même de formuler la vérité, ne peut que sombrer dans le néant.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Parution de la version française de « Authority in the Christian Life »

Le livre de Jean-Marc Berthoud Authority in the Christian Life vient d’être publié en français chez Psalm78 Ministries sous le titre Du Pouvoir dans la Vie Chrétienne . Il est disponible chez Amazon.

Du Pouvoir dans la Vie Chrétienne (relié)

Du Pouvoir dans la Vie Chrétienne (relié)

28,95 €HT

Du Pouvoir dans la Vie Chrétienne examine la définition, la distinction et les conditions nécessaires à un juste exercice du pouvoir dans une perspective biblique.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
Du Pouvoir dans la Vie Chrétienne (broché)

Du Pouvoir dans la Vie Chrétienne (broché)

13,43 €TTCeBook: 7,62 €TTC

Du Pouvoir dans la Vie Chrétienne examine la définition, la distinction et les conditions nécessaires à un juste exercice du pouvoir dans une perspective biblique.

Plus d'info →
Acheter chez Amazon

Deux nouvelles parutions en français et en anglais

  • Le volume I d’un nouveau commentaire sur le livre de l’Apocalypse

L’Apocalypse de Jésus-Christ Volume I : La royauté du Christ sur son Église

L’Apocalypse de Jésus-Christ Volume I : La royauté du Christ sur son Église

41,31 €HT

C'est le premier tome d’un Commentaire sur l’Apocalypse de Jésus-Christ en plusieurs volumes. Il s’intitule : La royauté du Christ sur son Église et traite des chapitres 1 à 3 de la Révélation reçue par Jean. Il s’agit de lire l’Apocalypse non seulement comme l’ultime Révélation de l’Écriture sainte, mais comme le dernier mot de Dieu à son Église et au monde. Il se veut être une lecture de l’Apocalypse à la lumière de la révélation biblique dont elle s’inspire dans toutes ses parties. En cela l’auteur suit la méthode des textes prophétiques bibliques eux-mêmes.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

 

  • A new book about Authority in the Christian Life (translated and edited from french by Rebecca Sheats)
Authority in the Christian Life

Authority in the Christian Life

$14.95

Authority in the Christian Life examines the definition, distinction, and necessary conditions for the just exercise of power from a biblical perspective.

Plus d'info →

Nouvelle parution : John Nelson Darby L’essor d’un hérétique total

Publication séparée du chapitre VII du Tome 4 de l’Histoire Alliancielle de l’Église dans le Monde.

John Nelson Darby L’essor d’un hérétique total

John Nelson Darby L’essor d’un hérétique total

18,73 €HT

Ce petit livre, John Nelson Darby (1800-1882), l’essor d’un hérétique total, fait connaître non seulement les débuts d’un stratège et d’un tacticien ecclésiastique hors pair, mais retrace le premier parcours de ce révolutionnaire religieux qui, au cours des années 1840 à Lausanne, affûta les armes séductrices et dominatrices d’un manipulateur de génie.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

 

Un nouveau livre sur Pierre de la Ramée

PIERRE DE LA RAMÉE (PETRUS RAMUS), PRÉCURSEUR DE DESCARTES CONTRE LA FOI RÉFORMÉE CONFESSANTE.

La Réforme, la scolastique réformée et l’héritage puritain

Préface

Par Meine Veldman, Doyen et professeur académique, Faculté de Théologie Évangélique de Montréal

Après avoir découvert le travail de Jean-Marc Berthoud sur Petrus Ramus ou Pierre de La Ramée, je dois avouer deux points qui ont trait à ce philosophe et théologien suisse converti à la foi calviniste. D’abord, il s’agit d’un travail que j’aurais aimé écrire, mais, par manque de temps, je n’ai pu entreprendre une telle œuvre. Enfin, la lecture de cet ouvrage m’a enchanté. C’est pourquoi je me sens privilégié d’écrire l’avant-propos de cette importante réflexion sur Petrus Ramus et son influence.
Permettez-moi d’emblée d’aborder directement le cœur du sujet. Comment pouvons-nous décrire Ramus et son influence ?
En utilisant un ouvrage de Walter J. Ong qui est une œuvre de référence, nous pourrions décrire l’approche de Ramus et sa conséquence comme suit:

« Selon Ramus, la voix humaine s’adresse à l’extérieur de ce monde. La raison en est, ajoute-t-il, qu’il nous fournit, non pas la richesse ni l’abondance vocale, mais des arguments qui peuvent être accrochés ou « collés » à des questions (qui proviennent d’abord de nous-mêmes). […] L’ordre en matière de dialectique est, comme il a été observé, d’un caractère radicalement visuel et schématique dans la formation de ses conceptions ; par conséquent, le transfert de décor de la rhétorique à la dialectique et à sa vocalisation subséquente […] devient ici, en pratique, une élimination du vocal et du personnel en faveur du schématique, cela dans le cadre du concept d’accommodement ou d’adaptation lui-même. C’est le phénix, la contrepartie verbale de l’univers visualiste immanent des « objets », sans voix et, de par ce fait même, dépersonnalisé, « une manière fermée, dénudée, purement « naturelle » de parler », aussi près de la « mathématique » que possible».

Walter Ong n’avait pas nécessairement l’intention de défendre ce développement qui s’avère être en opposition directe avec la méthode biblique et réformée ; toutefois, sa thèse est fondée sur le fait que Ramus est un « scolastique-humaniste » étant lui-même déjà à l’image de ceux qui lui ont succédé et qui ont été influencés par lui. Parmi eux se trouvent notamment, Alsted, Ames, Perkins et l’Université de Harvard elle-même . Et que s’est-il produit sous son influence ? Ong nous l’explique :

« L’oral auditif fut éliminé en faveur du visuel. [… ] Il s’agit d’un mouvement qui s’éloigne d’une conception de la con-naissance enveloppée dans la controverse [la dispute] ainsi que de l’enseignement des deux formes de dialogue appartenant au monde personnaliste, existentiel du son, cela en faveur d’une conception de la connaissance associée au monde silencieux de l’objet, conçu de façon purement visuelle et schématique ».

Par conséquent, cette démarche se tournait naturellement vers le sujet, vers l’intérieur de l’homme et les choses qu’il peut observer en lui-même.
Qu’en fut-il des résultats de cette influence ramiste ? Les questions bibliques et dogmatiques de la Parole de Dieu furent premièrement soumises aux domaines de la rationalité humaine, de l’expérience des hommes et de leur histoire, avec toutes les conséquences implicitement liées à cet assujettissement.
La structure de la théologie réformée s’oppose clairement, et de manière pratique, à l’approche et à la méthodologie ramiste décrites dans le présent ouvrage de Jean-Marc Berthoud. En effet, il n’est pas surprenant que dans la pensée de Ramus, Prométhée représentait le premier philosophe . La tendance prométhéenne qui consiste à placer la révélation dans le domaine de la rationalité humaine se révèle justement dans sa méthode et sa philosophie. En effet, Ramus subsume – soumet – la voix de l’Écriture à son propre « dialecte naturel » et, en conséquence, la développe par l’imitation et la pratique, réduisant ainsi la dimension dialogique entre Dieu et l’homme de la Parole-révélation. Donc, « l’épistémologie corpusculaire [atomiste] de Ramus suppose que la connaissance consiste en des ensembles d’articles mentaux » , le regard se tournant ainsi vers ce monde, vers l’histoire et vers le moi. Comme le dit l’ouvrage de Walter Ong, il « organise, dans un champ d’observation, non pas le monde externe, mais le « contenu » de la conscience » .
Otto Weber l’affirme en commentant les répercussions de sa pensée,

« … c’est un anglais, William Ames (1576 –1633), œuvrant en Hollande, qui, sous l’influence de la philosophie empirique de Petrus Ramus (1515-1572), a premièrement établi systématiquement une théologie de l’expérience. Ames a été décrit comme un précurseur de Schleiermacher. Cela s’avère au minimum exact sur le plan de sa méthode, laquelle considère la théologie comme étant l’analyse et la description de la vie spirituelle, de l’expérience chrétienne . »

Par conséquent, la révélation et l’histoire de son interprétation sont placées dans le domaine de l’expérience humaine, de la rationalité, et ce, en supposant une neutralité correspondant à la supposition de l’existence d’un individu qui se veut autonome. Ultimement, les questions bibliques et dogmatiques relatives à la Parole de Dieu seront premièrement assujetties aux domaines de la rationalité humaine, de son expérience et de son histoire, avec toutes les conséquences implicites propres à ces domaines.
Ainsi, la manière plus hébraïque de penser, enracinée dans la Parole d’un Dieu qui a créé, qui vit et qui parle, s’oppose naturellement aux résultats de l’application de la méthode dialectique d’organisation de la pensée selon Ramus. Une raison supplémentaire se trouve dans le fait que la pensée rationnelle ou dialectique appliquée, selon Ramus, à l’organisation de la pensée implique nécessairement une autonomie illusoire de l’être humain. Cette autonomie s’oppose à Dieu et à la nature, au caractère ainsi qu’à la fonction de la Parole de Dieu, puisqu’elle emprunte ses fondements à la pensée rationnelle et ontologique de la pensée humaine.
Dans ce livre, l’auteur nous explique très clairement le maillon faible, voire destructif, de l’œuvre de Petrus Ramus et l’influence qu’eût le ramisme sur la théologie réformée et puritaine. Outre le fait que cet ouvrage constitue l’un des premiers livres qui traite de Petrus Ramus et de son influence dans une perspective biblique et réformée, son attrait réside dans le fait qu’il met en évidence deux conceptions de la théologie systématique situées aux antipodes.
Décrire tout à la fois Ramus comme précurseur de Descartes et de la modernité ainsi que la constatation importante des répercussions négatives de cette philosophie sur la théologie réformée, dès sa conception et jusqu’à nos jours, constituent les deux thèses que défend Jean-Marc Berthoud.
Les développements de la pensée de l’auteur doivent nous inciter à réfléchir. Peut-être que certains courants de théologies et de pratiques réformées et puritaines nous semblent attrayants précisément en raison du fait que ceux qui les soutiennent ont puisé chez Ramus l’argumentaire leur permettant de concevoir un christianisme placé sous une telle influence « ramiste » au sein de la modernité et de la postmodernité occidentales. L’être humain est devenu le centre de la création et de la Révélation, expulsant ainsi Dieu de ses prérogatives sur celles-ci, et ce, au sein même de notre théologie. Dans cet ouvrage, l’auteur nous fait prendre conscience de cette réalité, constituant ainsi une correction opportune et nécessaire de notre regard sur certains courants théologiques, dont, en particulier, ceux influencés par Pierre de La Ramée.

Table des matières

Avant-Propos – Jean-Marc Berthoud
Préface – Dr Meine Veldman

Pierre de La Ramée, précurseurs de Descartes contre la Foi réformée confessante
La Réforme, la scolastique réformée et l’héritage puritain

Préambule : Auguste Lecerf

Première partie Pierre de La Ramée (1515–1572), sa vie et son œuvre
Introduction
1. Brève biographie de Pierre de La Ramée (1515–1572) et l’offensive du
rationalisme binaire contre la foi réformée confessante
2. Nature et originalité de la pensée de Pierre de La Ramée : Platon contre Aristote
(a) Platon
(b) Aristote
3. Les conséquences du Ramisme
4. La méthode unique de Pierre de La Ramée
5. Comment la méthode unique de Pierre de La Ramée fut reçue par la Réforme
Introduction
(a) Pierre de La Ramée devient Protestant : le Ramisme à Zurich et à Bâle
(b) Le Ramisme à Genève
(c) Le Ramisme à Berne et à Lausanne
(d) Pierre de La Ramée, Andrew Melville (1545-1622) et l’Écosse
(e) Le Ramisme à Heidelberg ; les réponses de Zacharie Ursin (1534–1583) à La Ramée
(f) L’hérésie du rationalisme philosophique de Pierre de La Ramée
(g) La condamnation définitive du Ramisme par Théodore de Bèze

Deuxième Partie Le Ramisme dans le monde Anglo-Saxon eten Allemagne
Introduction
1. La victoire du Ramisme en Angleterre : William Perkins (1558-1602) et William Ames (1576-1633) puis en Allemagne : Johann Heinrich Alsted (1588-1638)
(a) William Perkins (1558–1602)
(b) Le Ramisme, un outil éducatif
(c) Le Ramisme et la prédication puritaine 99(d) Le Ramisme et l’interprétation biblique
2. Les implications philosophiques du Ramisme : Ames et Alsted
3. William Ames (1576–1633) et la diffusion de la méthode de Pierre de la Ramée dans le Puritanisme anglo-saxon
4. Note sur le ramisme et le développement du droit Moderne
5. L’essence du Puritanisme et le Calvinisme

Conclusion

Bibliographie
I. Pierre de La Ramée, sa vie et son temps
(a) Pierre de La Ramée, sa vie et son œuvre
(b) Pierre de La Ramée, son époque
(c) La tradition confessionnelle réformée
II. Théodore de Bèze face au rationalisme de Pierre de La Ramée.
III. Le véritable héritage réformé de l’Église anglicane
IV. Réduction, au cours des siècles, de l’héritage de la Réforme. Ébranlement du droit et de la morale.

Index nominatif

Pierre de La Ramée (Petrus Ramus)

Pierre de La Ramée (Petrus Ramus)

27,18 €HT

Ce livre sur la pensée et l’influence d’un précurseur de Descartes, Pierre de La Ramée, (1515-1572), attire notre attention sur un modèle de l’art du prestidigitateur du langage, idéologie qui remplace la réalité du sens par des mots isolés et qui, par son obsession de clarté mathématisante comme modèle de la pensée, empoisonne toute la culture moderne.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Publication du Tome 4 de l’Histoire Alliancielle de l’Eglise dans le Monde

L’Histoire Alliancielle de l’Église dans le Monde – Tome 4

L’Histoire Alliancielle de l’Église dans le Monde – Tome 4

32,45 €HT

Ce quatrième tome de l’Histoire alliancielle de l’Église dans le monde est intitulé L’Âge Moderne. De la Révolution scientifique aux Révolutions politiques et culturelles. Le réveil, la réponse divine à un monde sans Dieu, conduit le lecteur de l’aube des Lumières au début du XXe siècle.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Réédition des tomes 3 & 4 de L’Histoire de la Réformation en Europe au temps de Calvin

Histoire de la Réformation en Europe au temps de Calvin – Tomes 3 & 4

Histoire de la Réformation en Europe au temps de Calvin – Tomes 3 & 4

22,06 € (HT)

Ce livre n’est pas l’histoire de Calvin, l’auteur veut le rappeler à quelques lecteurs. Le titre le dit au reste suffisamment, Histoire de la Réformation EN EUROPE au temps de Calvin. C’est la seconde série d’un ouvrage dont l’Histoire de la Réformation au seizième siècle a été la première.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

 

Réédition des tomes 1 & 2 de L’Histoire de la Réformation en Europe au temps de Calvin

Histoire de la Réformation en Europe au temps de Calvin – Tomes 1 & 2

Histoire de la Réformation en Europe au temps de Calvin – Tomes 1 & 2

27,42 € (HT)

Aux temps de Luther succèdent ceux de Calvin. Celui-ci s’appliqua, comme son prédécesseur, à sonder les saintes Écritures, et il y trouva la même vérité et la même vie ; mais c’est pourtant un autre trait qui caractérise son œuvre...

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Publication du Tome 3 de l’Histoire Alliancielle de l’Eglise dans le Monde

L’Histoire Alliancielle de l’Église dans le Monde – Tome 3

L’Histoire Alliancielle de l’Église dans le Monde – Tome 3

37,02 € (HT)

Ce troisième tome de l’Histoire alliancielle de l’Église dans le monde conduit le récit de Jean-Marc Berthoud de l’époque glorieuse de Jean Calvin au déclin de la Réforme dû aux séductions des Lumières sans Dieu.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Nouvelle série sur les dix Commandements

Les dix Commandements lus par la Bible – Huitième Commandement

Les dix Commandements lus par la Bible – Huitième Commandement

32,60 €HT

Ce livre de 530 pages est consacré au huitième commandement: Tu ne voleras pas. Cette parole du Décalogue est lue à travers l’enseignement de toute la Bible et appliquée à nos réalités.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu

Réédition du livre de Pierre Courthial : Le Jour des petits recommencements

Le jour des petits recommencements

Le jour des petits recommencements

37,76 €HT

Le jour des petits recommencements de Pierre Courthial (1914-2009), livre écrit à plus de quatre-vingts ans, fut le fruit d’une longue méditation sur la Bible, la création et l’action de Dieu dans l’histoire.

Plus d'info →
Acheter chez Lulu
]